Les statuts freelance : lequel choisir pour vous ?

Travailler en freelance attire de plus en plus grâce, notamment, à l’idée de devenir indépendant. Cependant, il est important de bien s’organiser et de remplir certaines formalités pour pouvoir commencer en toute légalité. L’une d’entre elles est d’effectuer les démarches pour obtenir un statut juridique. Lequel choisir pour vous ? En effectif, il existe de nombreux statuts freelance que vous découvrirez à travers cet article.

Statuts freelance : quelles sont les options possibles ?

Pour exercer vos activités de façon autonome, vous pouvez choisir entre plusieurs statuts freelance regroupés en deux catégories :

Dans le meme genre : Paris : le meilleur endroit pour faire le team building ?

  • Auto-entrepreneur ;
  • Société.

Le statut auto-entrepreneur vous permet d’exercer vos activités sous votre nom propre. Il ne requiert pas la création d’une personne morale ni d’une véritable structure juridique, ce qui facilite les démarches. Toutefois, ce statut vous convient si votre chiffre d’affaires ne dépasse pas 77 700 € pour les prestations de services. Ce seuil augmente à 188 700 € si vous exercez une activité de vente de marchandises.

Au-delà de ces chiffres d’affaires, vous basculez en EI ou entreprise individuelle si vous ne souhaitez pas créer une entreprise. Dans le cas contraire, le statut juridique vous convient le mieux. Deux options sont régulièrement choisies par les travailleurs indépendants. Regardez ici plus de détails sur ces formes d’entreprise.

Dans le meme genre : Service de repassage à domicile : les offres proposées

Comment choisir le meilleur statut juridique ?

Le choix entre les statuts freelance requiert une longue réflexion pour pouvoir en tirer les meilleurs profits. Ainsi, prenez en considération des paramètres importants comme la facilité de création et de dissolution, la responsabilité, la gestion et la fiscalité.

D’une manière générale, le statut auto-entrepreneur est plus facile à obtenir en plus de proposer une gestion simplifiée. Le régime fiscal l’est tout autant avec un allègement des cotisations sociales. La tenue de la comptabilité est également tenue au strict minimum. Cependant, il est moins crédible aux yeux des clients à moins d’être un spécialiste dans le domaine de l’activité.

Pour plus de crédibilité, les statuts SASU ou EURL sont à privilégier. Cependant, la compatibilité, la création et la fiscalité sont contraignantes. Il est souvent nécessaire d’engager un prestataire pour vous aider à tout régulariser. Lorsque votre entreprise est créée, vous pouvez travailler sans plafond de chiffre d’affaires.

Est-il possible d’opter pour le portage salarial en tant que travailleur indépendant ?

Le portage salarial représente une bonne alternative en cas de doute sur le choix du statut juridique freelance et la création d’une entreprise. Grâce à cette solution, vous obtenez le statut de salarié auprès d’une entreprise de portage. Cependant, vous êtes libre de choisir vos missions et vos programmes. Pour information, cette option est aussi adaptée pour un auto-entrepreneur, un formateur ou un consultant, entre autres.

Lié par un contrat de portage salarial, vos clients règlent vos factures auprès de la société. Cette dernière vous verse vos revenus après qu’elle ait retiré ses commissions. Vous obtenez aussi un bulletin de salaire.

En tant que salarié porté, vous bénéficiez aussi des mêmes avantages qu’un salarié comme le droit à la formation. Vous obtenez aussi plus facilement du crédit. La protection sociale fait également partie de vos avantages en optant pour le portage salarial en tant que travailleur indépendant. En outre, votre image de professionnel est mieux valorisée que quand vous travaillez sous votre propre nom.